Résumé du Webinar: ressources en langues et Web2.0

Vendredi dernièr j’ai pu assister à un webinar sur les ressources-en-langues-et-web2.0. C’était déjà très intéressant de par le fait que j’ai pu y assister à distance! Ce qui est en ligne directe avec le sujet de ce blog….Je rappelle donc les questions qui étaient à l’ordre du jour

  • Le Web 2.0 représente-t-il un avenir pour l’apprentissage des langues ou juste un nouvel outil complémentaire ?
  • L’influence des ressources du Web social sur les pratiques pédagogiques est-elle surestimée comme l’était celle des médias dans les années ’70 ?
  • Comment la conception de ressources en langues se développe-t-elle avec l’apparition des communautés d’apprentissage en ligne ?
Pour vous donner un peu l’idée de ce qu’est un webinar, vous pouvez accéder à la galerie de captures d’écran que j’ai faites pendant le séminaire ICI
Au delà des technologies nouvelles, il existe deux moyens d’apprendre les langues
  • Le mode 1:   à l’école avec un professeur
  • Le mode 2 :  en ayant des contacts avec des natifs:  apprentissage sur le tas
Avant les nouvelles technologies
L’apprentissage se faisait en mode traditionnel, dans une classe avec comme seul support un livre ou plusieurs livres. Pour ce qui était des contacts avec les natifs, nous avions la possibilité d’avoir un penpal (un correspondant) avec qui nous pouvions écrire en se corrigeant mutuellement, et nous avions de temps en temps un assistant étranger qui essayer de nous passer la passion des langues.

Aujourd’hui avec les nouvelles technologies

L’apprentissage en mode 1 (avec professeur) a adopté des nouvelles méthodes avec l’enseignement à distance, avec sans doute des nombreux supports écrits, audios et vidéos, mais ce n’est pas ce qu’on appelle le web2.0
L’apprentissage en mode 2 (contact avec les natifs) a été complètement bouleversé par le WEB2.0 et les réseaux sociaux.  Nous avons maintenant transformé notre penpal  en de nombreux contacts sur internet et avec des moyens d’interaction extraordinaires comme le chat vidéo.

Deux modes et mondes différents

Le mode 1: (avec professeur) est l’apprentissage des langues avec un diplôme à la clé. Il y a  donc une autorité compétente pour juger de notre niveau de langue.
Le mode 2: est le mode informel, l’apprentissage sur le tas, dont  les moyens de communications ont été décuplés en remplaçant le timbre postal par le multimédia et le web2.0

N’oublions pas que si nous apprenons une langue étrangère ce n’est pas forcément pour en faire une profession. Dans un entretien d’embauche, il suffit de faire un test de conversation dans une langue pour que le DRH valide votre niveau.



Y’a-t-il concurrence entre les deux mondes (modes)?
Je dirais qu’il y a complémentarité (ce n’est pas un scoop). Cela dit, apprendre une langue seul, comme je le fais en ce moment avec l’italien (quand je dis seul, je veux dire sans professeur) nécessite une motivation énorme par rapport au mode 1 où un professeur va nous aiguillonner pendant l’apprentissage. Pour ce qui est d’apprendre seul, aujourd’hui les moyens mis à notre disposition sont tellement énormes qu’il est 100 fois plus facile d’apprendre une langue aujourd’hui sans l’aide d’un professeur.
L’élève qui combinera les deux moyens d’apprentissage n’en sera que meilleur.
Le modèle économique des réseaux sociaux de langue n’est pas encore prouvé. 
Dans le mode 1: le modèle économique est relativement simple à comprendre. L’étudiant paye pour avoir un diplôme à la fin de ses études. En France c’est le gouvernement qui finance les études qui sont presque gratuites, il n’y a donc pas de soucis en terme de rentabilité. C’est plutôt plus confortable.
Dans le mode 2: tout est à faire. Mode gratuit, mode payant, mode hybride, payant, gratuit,  pub ou pas de pub? Avec des inconvénients: aucun diplôme reconnu et peu de professionnalisme. J’espère toutefois qu’il existe un modèle économique viable, car les réseaux sociaux pour moi sont un véritable moyen de motivation.
Va-t-on élever le niveau de maîtrise des langues étrangères grâce aux nouvelles technologies?
Je pense qu’on aimerait voir plus de Français parler d’autres langues, je pense quand même que nous n’avons pas à rougir de notre niveau. Mécaniquement, les réseaux sociaux vont faciliter les contacts, donc les échanges. D’un autre côté, les outils mis à notre disposition  comme la traduction automatique nous rendent quand même chaque fois un peu plus stupides.  Seul les gens motivés sortiront encore plus compétents dans une langue et les gens peu motivés de toute façon, technologie ou pas technolgoe, n’y trouveront pas encore leur compte.





Delicious Bookmarquer sur Delicious

Comments are closed.

Share This

Share This

Share this post with your friends!